Nous sommes incapables de charger Disqus. Si vous êtes un modérateur, veuillez s'il vous plaît consulter notre guide de résolution des problèmes.

potiepa • il y a 2 années

le racisme ne serait t'il que l'apanage des blancs ? regardez ce qui se passe dans les pétromonarchies !!!!!!
Ces gens la sont entrain de réussir un tour de maître:" assimiler l'islamophobie à l’antisémitisme pratiquée par les NAZIS ; et la colonisation à la solution finale !!!!!! c'est fort de fort ......Ils oublient également que les arabes ont été parmi les plus grands colonisateurs ; ainsi et cela perdure les plus grands marchands d'esclave , et ce n'est que de l'histoire , ni de l'islamophobie ( terme qui ne devrait pas exister , ni du racisme ) une religion n’étant pas une race ; vous pouvez vérifier

lumain • il y a 2 années

Les derniers pays à pratiquer l'esclavage des noirs de façon officielle c'étaient des pays arabes.

Et les pays arabes sont beaucoup plus racistes que les pays européens vis à vis des noirs.
Ça la HB elle s'abstient de le rappeler.
A lire sa prose et celle de ses frères racistes, seuls les blancs seraient racistes et colonialistes.

strixbubo • il y a 2 années

Il faut lire "Le génocide voilé" de Tidiane N'Diaye qui montre que dans la traite négrière les arabes blancs se sont montrés beaucoup plus racistes que les européens. "Les arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d'hommes qu'ils ont déporté ont disparu du fait des traitements inhumains". Principalement la castration systématique des hommes noirs, et l'élimination à la naissance des bébés nés des esclaves noires, violées par leurs maîtres blancs, afin de protéger la péninsule arabique blanche du métissage. On peut comprendre que madame Houria Bouteldja éprouve de la honte à se voir associée à ces arabes blancs, au point de refuser de se regarder dans un miroir, c'est tout à son honneur, mais si on tenait les gens responsables de ce qu'on fait leurs ancêtres, où irait on ?

Jarjar le binz • il y a 2 années

Ou "les esclaves oubliés" édifiant...

Jac • il y a 2 années

révisionnisme

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Pour les conquêtes "coloniales" musulmanes, un manuel d'Histoire, même sommaire, vous renseignera.

Pour l'esclavage, "L'esclavage en terre d'islam sous-titré Un tabou bien gardé". Malek Chebel. Fayard vous offrira une vision élargie de l'attitude du monde arabo-musulman face à cette pratique.

Pendant l'époque où la traite négrière battait son plein, les Européens n'avait guère pénétré en Afrique. Les futurs esclaves étaient amenés sur la côte par des esclavagistes arabes ou des Africains qui se servaient dans les autres tribus. Ce n'est pas du négationnisme car cette constatation historique n'enlève rien à l'esclavage proprement dit.
De même que les pirates barbaresques vendaient les chrétiens qu'ils avaient capturés lors des actes de piratages ou des rezzous qu'ils effectuaient.

Il faut en conclure que parmi les récents émigrés africains y compris ceux du Maghreb, se trouvent des descendants de ceux qui livraient leurs frères de couleur aux négriers de Gorée.

Cordialement

jmdesp • il y a 2 années

> Pendant l'époque où la traite négrière battait son plein, les Européens
n'avait guère pénétré en Afrique. Les futurs esclaves étaient amenés sur
la côte

> par des esclavagistes arabes ou des Africains qui se servaient
dans les autres tribus. Ce n'est pas du négationnisme car cette
constatation historique

> n'enlève rien à l'esclavage proprement dit.

Le fait qu'il y avait un marché monétaire important à revendre les esclaves capturés à pousser au développement de cette pratique bien au-delà de ce qui se pratiquait avant. On est passé de, à l'occasion d'un affrontement avec une autre tribu capturer quelques esclaves, à aller constamment se battre pour en capturer le plus grand nombre possible, tout le temps. Il est documenté que cela a fortement perturbé et dégradé l'organisation sociale des pays considérés, il n'était plus possible de maintenir une société complexe et organisée lorsque des affrontements constant voyaient disparaitre une part aussi importante de la population, de plus centrée surtout sur les hommes jeunes et actifs. Les royaumes africains existants et leur culture se sont au fur et à mesure effondrés.

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Et alors?

Il reste que la demande était satisfaite par l'offre.

Or cette satisfaction était le fait des Africains eux-mêmes. Rien ne les y obligeaient sauf l'appât du gain.

Cordialement

lumain • il y a 2 années

Il y avait les arabes qui faisaient les razzias aussi au sud de leur zone de conquête.

Jac • il y a 2 années

Très bon

ESOPE • il y a 2 années

les arabes ont commencé l'esclavagisme bien avant les européens et on continué bien après (encore de nos jours).
mais eux ils n'ont pas construit de mémorial pour se repentir

Christophe • il y a 2 années

Ça va leur devenir obligatoire dans les décennies qui viennent. L'Afrique sub-saharienne commence à leur demander des comptes.
Le rééquilibrage vers une vision enfin complète de l'esclavage est en cours. Plus d'explications ici:
http://m.la1ere.francetvinf...

A contrario c'est une vision grandement déséquilibrée de l'esclavage (= seuls les occidentaux en seraient coupables) qui est à l'origine des délires d'Houria Bouteldja et de ses épigones. Et la racine de cela c'est la philosophie anti humaniste des années 70 (Foucault & co) qui n'a eu de cesse d'abbatre l'héritage des Lumières et de dénigrer la culture occidentale.

Anabase • il y a 2 années

L'esclavage est présent dans pratiquement toutes les cultures, ce n'est pas spécifique de l'une ou l'autre. La seule qui , l'employant, l'a condamné ou interdit est la notre.

Steven • il y a 2 années

C'est faux.

Anabase • il y a 2 années

Vous pouvez faire une phrase de + de 3 mots ?

Steven • il y a 2 années

Vous avez fait une phrase de plus de trois mots. Elle était pourtant bien plus vaine puisqu'elle démontre que vous ne connaissez rien à l'Histoire. Mais vraiment rien du tout. Donc, plutôt que de vous énervez, creusez la question. Relisez-vous surtout. Si vos propos étaient vrais alors l'esclavagisme existerait partout sauf en Occident. Ce qui déjà supposerait qu'il n'existe plus en Occident mais ça ferait trop d'informations pour vous en une seule fois.

Autist..Reading • il y a 2 années

Si vous voulez faire de la politique arabe, allez vivre dans un pays arabe.
..
Et laissez les gens habitants en France parler de la politique de leur pays.
..

ESOPE • il y a 2 années

justement, les habitants en France n'ont pas à autant se flageller et à se repentir de l'esclavage, comme une minorité voudrait les obliger pour s'assurer une supériorité morale
la traite n'aurait pas eu d'existence économique si les roitelets africains n'avaient pas eux-même capturé et vendus leurs semblables, nos marchands nantais et bordelais n'étaient pas équipés pour cavaler et capturer des esclaves dans la brousse ou la forêt

Autist..Reading • il y a 2 années

Non, ils ont à mettre fin à l'impérialisme français actuel qui ravage la planète.
..
Pour ce faire, connaitre l'histoire de la france esclavagiste et de la france coloniale n'est pas superflu.
..

ESOPE • il y a 2 années

connaitre la vraie histoire de l'esclavagisme, c'est certainement instructif (il y a de belles salle à ce sujet au chateau de Nantes), mais pas uniquement de la haine caricaturale anti-européens

Autist..Reading • il y a 2 années

Il n'est pas question de haine, mais de lucidité.
..

lumain • il y a 2 années

C'est vria que ne considérer que l’esclavage européen, c'est faire preuve de lucidité, vraiment comique.

Groucho Marxiste. • il y a 2 années

Il fait dans le comique haineux

Hubert Pibody • il y a 2 années

Et bien soyez lucide pour une fois, ça changera.

Sharrukin • il y a 2 années

L'impérialisme français actuel qui ravage la planète : vous vivez en 1890 ?

Groucho Marxiste. • il y a 2 années

" ils ont à mettre fin à l'impérialisme français actuel qui ravage la planète."

Les ravages de l'alcool
consommez avec modération autist

LOL

leviathan • il y a 2 années

L'impérialisme occidental, l'impérialisme des grandes puissances aurait été plus exact, nous ne sommes pas les seuls

Guest • il y a 2 années
Jésus-Christ • il y a 2 années

heureusement !!!

Grouchomarxiste • il y a 2 années

"l'impérialisme français actuel qui ravage la planète."

et l'univers

LOL

Sarko forever • il y a 2 années

Plutôt l'impérialisme US ... Nous sommes juste des supplétifs ... Depuis Sarko et encore pire sous Hollande (sic et resic et reresic) nous n'avons pas de politique étrangère sauf celle dictée par le pire du pire des neocons Américains ...
Il est loin le temps des grands présidents (en matière de politique étrangère) Chirac et Mitterrand ...

Thomas Bauduret • il y a 2 années

Question, repentance, on pourrait aussi parler de Sarko, qui n'a pas arrêté d'aller s'excuser, que des médias qui unanimement chouinaient sur le thème "nous sommes mauvais", "est-ce qu'ils vont nous pardonner", "OUIIIIINNNN", parce qu'on avait pas suivi les zentizaméricains en Irak… (Et maintenant, Villepin serait certainement vu comme un zaffreucomplotisssssse…)

Steven • il y a 2 années

Ceci est une vision parcellaire du commerce triangulaire. Du coup, votre propos parait d'une atroce mauvaise foi. Personne doté d'un cerveau ne peut dire "c'est seulement de leur faute".

Robert Letellier • il y a 2 années

Les "roitelets" africains ont capturé et vendu les prisonniers de guerre entre population à partir du moment où cela leur rapportait des richesses, avant aucun intérêt, ils avaient besoin des populations pour développer leur territoires, des voyageurs de l'époque rapportaient que les rues des capitales étaient plus sûres que Paris, au XVIII ème siècle.

Sharrukin • il y a 2 années

Bien dit comme ça, on va enfin arrêter de nous bassiner avec le conflit israelo-palestinien !

Xi Kang • il y a 2 années

On pourrait minimiser les camps nazis à cause des camps russes, comme si l'horreur se soustrayait au lieu de s'additionner ? "Les nations européennes, en particulier le Portugal, la France, la Hollande et l'Angleterre se lancent dans le commerce triangulaire entre des ports de l'Europe, le Golfe de Guinée et les Amériques (Brésil, Antilles). Le premier navire négrier français, l’Espérance part de la Rochelle en 1594, se dirige vers le Gabon et poursuit au Brésil. La motivation première des négriers est économique et l'esclave noir est considéré comme une marchandise..." ("Histoire de l'esclavage", Wikipédia) Tout ça pour pouvoir accuser les immigrés qu'on a fait venir dans les années 50 lors des "trente glorieuses" pour reconstruire le pays !

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Ai-je minimiser une forme d'esclavage?

Je regrette seulement que seule la traite européenne soit montrer du doigt surtout en en faisant un sujet de repentance comme si nous étions responsables des actes de nos Ancêtres au sens de prédécesseurs (pour ceux qui violentent les diptères)

L'esclavage est-il répréhensible? Sans aucun doute (par honnêteté, vous devriez copier-coller un paragraphe sur l'esclavage actuel)
Cet épisode de notre Histoire est-il peu reluisant? À n'en pas douter
Faut-il faire en sorte que ce genre d'ignominie ne se reproduise pas? Évidemment

Cordialement

Xi Kang • il y a 2 années

La "repentance" est un concept un peu trop religieux. Ne vaudrait-il pas mieux s'occuper des infamies présentes ?

L'esclavage salarié a succédé à l'esclavage : "Le concept de l'esclavage salarié repose sur le fait que certains travailleurs salariés ont des conditions de vie finalement peu éloignées de ces esclaves." ("Esclavage salarié", Wikipédia) «Qu’est aujourd’hui le prolétaire à l’égard du capitalisme ? Un instrument de travail. Affranchi par le droit actuel, légalement libre de sa personne, il n’est point, il est vrai, la propriété vendable, achetable de celui qui l’emploie. Mais cette liberté n’est que fictive […]. Les chaînes et les verges de l’esclavage moderne, c’est la faim.» (Lamennais, De l’esclavage moderne, 1839).

Par ailleurs, est-il admissible qu'un Bolloré monopolise la quasi totalité des ports en Afrique pour prélever sa redevance sur tout ce qui entre ou sort du continent ?

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Ce n'est pas le sujet ici.

Je ne me défausse pas, mais chaque article son sujet.

Cordialement

Guest • il y a 2 années
Bastienou Carcajou • il y a 2 années

"Pardon pour l'esclavage et la colonisation, merci pour tout ce que l'Afrique a apporté à l'Histoire et pour sa participation à la libération de la France et, s'il vous plaît, construisons ensemble notre avenir commun" discours de Ségolène Royal au mois de mai 2009.

Se peut-il que demander pardon, soit un acte de repentance? Royal est-elle d'extrême-droite?

En vérité, je trouve cette polémique grotesque. "On" demande pardon pour des actes commis il y a plusieurs siècles. Mais pour les mêmes raisons économiques qu'à cette lointaine époque, "on" laisse des esclaves contemporains être exploités sans vergogne. L'OIT estime que 21 millions de personnes sont en situation d'esclavage. (Selon l'OIT, on dénombre aujourd’hui plus de personnes en situation d’esclavage qu’à toute autre période de l’histoire) Vous allez rire ou pleurer, le pays où l’esclavage ressemble le plus à celui qui est reproché aux Européens est la Maurétanie et celui qui compte le plus d'enfants esclave proportionnellement à sa population, Haïti.

Je ne minimise pas l'esclavagisme de jadis, je ne lui cherche aucune excuse. Mais s'occuper du présent me parait plus efficace que ces discussions stériles. Surtout lorsque ces actes sont jugés avec les yeux d'aujourd'hui sans tenir compte du contexte historique (marrant! Dans bien des cas, ce contexte est mis en avant, mais là, bernique! personne n'en parle)

Cordialement

Guest • il y a 2 années
Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Je me fous de la brillance intellectuelle de Royal qui a tout de même réussi l'ENA (Nonobstant le résultat de l'enseignement dispensé, les capacités intellectuelles pour intégrer cette école sont indéniables. Je ne crois pas que vous ou moi les possédions!) Vous écrivez clairement que cette idée de repentance est d'extrême-droite, je vous démontre que non.

Le faites-vous exprès? Bien entendu que les infrastructures visaient à l’économie. Bien entendu cette économie reposait principalement sur les ressources locales. Comment pouvait-il en être autrement!
Rien n'obligeait le colonisateur a crée des écoles, à développer un système de santé publique. On peut même raisonnablement penser qu'en se dispensant de ces moyens d’évolution, il aurait gardé plus aisément la main mise sur ces populations. Sauf si l'on considère que l'aspect civilisationnel n'était pas un leurre mais une réalité*.

* Ferry qui développe cette idée de devoir "civiliser" a également rendu l'école publique, obligatoire et laïque en Métropole. L'aspect réellement humaniste de cet homme me parait vrai et profond. Mais c'est vous qui voyez...

Cordialement

Guest • il y a 2 années
Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Peu importe la bonté d'âme! Chacun juge selon son cœur.

Parce qu'en plus ces s----ds de colons formaient des opérateurs économiques dans la population indigène. Vous m'en direz tant!

Par contre, vous venez de reconnaitre certains bienfaits et pas des moindres de la colonisation et je vous en remercie.

Les colonies étaient la France. Il faut en conclure que la participation des Troupes d'Afrique aux conflits dans lesquels le Pays était engagé n'a donc rien de particulier.

Pour cela aussi je vous remercie. (Ne vous y trompez pas, j'ai un profond respect pour les Combattants africains de nos forces. Ce sont mes frères d'Armes)

Cordialement

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Pour ma part, je ne révise rien. Je me suis astreint à lire les échanges virulents qui ont lieu à la Chambre de députés le 28 juillet 1885. La composante économique de l’expansion coloniale y est clairement exposée.

"M. Jules Ferry: Messieurs, je suis confus de faire un appel aussi prolongé à l'attention bienveillante de la Chambre, mais je ne crois pas remplir à cette tribune une tâche inutile. Elle est laborieuse pour moi comme pour vous, mais il y a, je crois, quelque intérêt à résumer et à condenser, sous forme d'arguments, les principes, les mobiles, les intérêts divers qui justifient la politique d'expansion coloniale, bien entendu, sage, modérée et ne perdant jamais de vue les grands intérêts continentaux qui sont les premiers intérêts de ce pays.

Je disais, pour appuyer cette proposition, à savoir qu'en fait, comme on le dit, la politique d'expansion coloniale est un système politique et économique, je disais qu'on pouvait rattacher ce système à trois ordres d'idées ; à des idées économiques, à des idées de civilisation de la
plus haute portée et à des idées d'ordre politique et patriotique.

Sur le terrain économique, je me suis permis de placer devant vous, en les appuyant de quelques chiffres, les considérations qui justifient la politique d'expansion coloniale au point de vue de ce besoin de plus en plus impérieusement senti par les populations industrielles de l'Europe et particulièrement de notre riche et laborieux pays de France, le besoin de débouchés.

Est-ce que c'est quelque chose de chimérique ? est-ce que c'est une vue d'avenir, ou bien n'est-ce pas un besoin pressant, et on peut dire le cri de notre population industrielle ? Je ne fais que formuler d'une manière générale ce que chacun de vous, dans les différentes parties de la France, est en situation de constater.

Oui, ce qui manque à notre grande industrie, que les traités de 1860 ont irrévocablement dirigé dans la voie de l'exportation, ce qui lui manque de plus en plus ce sont les débouchés.

Pourquoi ? parce qu'à côté d'elle l'Allemagne se couvre de barrières, parce que au-delà de l'océan les États-Unis d'Amérique sont devenus protectionnistes et protectionnistes à outrance ; parce que non seulement ces grands marchés, je ne dis pas se ferment, mais se rétrécissent, deviennent de plus en plus difficiles à atteindre par nos produits industriels parce que ces grands États commencent à verser sur nos propres marchés des produits qu'on n'y voyait pas autrefois. Ce n'est pas une vérité seulement pour l'agriculture, qui a été si cruellement éprouvée et pour
laquelle la concurrence n'est plus limitée à ce cercle des grands États européens pour lesquels avaient été édifiées les anciennes théories
économiques ; aujourd'hui, vous ne l'ignorez pas, la concurrence, la loi de l'offre et de la demande, la liberté des échanges, l'influence des spéculations, tout cela rayonne dans un cercle qui s'étend jusqu'aux extrémités du monde. (Très bien ! très bien !)

C'est là une grande complication, une grande difficulté économique."

Encore une fois, le parti pris aveugle. Les raisons économiques qui poussent à la colonisation sont inscrites au Journal officiel de la République. Il faut être passablement demeuré pour les nier. Mais elles n'enlèvent rien au côté humaniste de cette expansion (ici, comme pour les raisons économiques, je cite sans juger).

"M. Jules Ferry: Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu'en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures [...][Remous sur plusieurs bancs à l'extrême gauche] parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures.[...]

Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation .[...]"

Allez lire l'intégralité de la séance. Elle fut houleuse et éclaire singulièrement ce moment de notre Histoire.

Désolé pour la tartine mais j'ai tenu à vous fournir un aperçu de l'intervention de Ferry le 28 juillet 1885.

Cordialement

Guest • il y a 2 années
Jésus-Christ • il y a 2 années

les classes modestes, voir minables comme toi, ont juste à fermer leur gueule.

Bastienou Carcajou • il y a 2 années

Esprit de l'escalier.

Emporté par la passion du débat, j'ai répondu à votre commentaire qui a dévié de l'esclavage vers la colonisation.
Pourtant cet amalgame entre deux faits distincts montre bien que le lait doctrinaire produit des associations qui formatent dangereusement les esprits. J'y reviens.

La colonisation avait, sans ambages, des raisons économiques. Le développement économique nécessite des infrastructures lesquelles débouclent automatiquement sur des progrès sociaux.
Or, dans la décennie qui a suivi l'indépendance de la plupart des colonies africaines, il existait dans ces contrées un réseau routier développé, une administration calquée sur la nôtre, une ensemble de dispensaires, des écoles publiques, etc... Tous les habitants parlaient notre langue et souvent l'écrivaient ni plus ni moins que les métropolitains. Sauf à supposer que cette organisation sociale a vu le jour en quelques années, il faut reconnaitre qu'elle était le fruit d'investissements avant l'indépendance.
En quatre-vingt ans environ, un effort considérable a été fourni pour moderniser les régions conquises.

Ne serait-ce que dans ce domaine, la colonisation a-t-elle été un bienfait pour les peuples africains?

Comme pour l'esclavage, une vision monolithique déforme la réalité des événements. Surtout, une idéologie étroite qui vous fait écrire "Toutefois, si je nie les ravages qu'elle causa, j'en deviens ipso facto complice." ne peut qu'être le ferment de dissensions entre les fractions de notre société.

Haut les cœurs! Ne soyez pas complice de l'esclavage actuel! Mettez toutes vos forces dans la bataille afin qu'un Lemasseur n'ait pas à écrire dans quelques décennies qu'il ne veut pas se rendre complice des événements actuels.

Cordialement

Guest • il y a 2 années