Nous sommes incapables de charger Disqus. Si vous êtes un modérateur, veuillez s'il vous plaît consulter notre guide de résolution des problèmes.

DoM P • il y a 5 années

"Elle est décidément très bien, cette petite. Posée, incisive sans être agressive."
Et mignonne; en plus, ce qui ne gâche rien.
Malheureusement, au FN, dès qu'on parle d'économie, on est aussi socialiste qu'ailleurs...

estienne • il y a 5 années

Elle est superbe, intelligente et vive. Mais en effet, qui lui donnera des cours d'économie ?

dissident • il y a 5 années

peut etre son grand pere ou les anciens deputes du groupe front national de la legislature 86 88, le fn avait alors un programme tres liberal en economie, par exemple suppression de l isf, de l irpp, favorable aux privatisations etc

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Qui a fait venir les immigrés ?

C'est nous, avoue un ancien ministre du parti travailliste en Grande-Bretagne.

http://www.dailymail.co.uk/...

Ils sont carrément allés les chercher, explique Lord Mandelson. Physiquement. A l'étranger.

Encore un indice que l'explication néo-marxiste par les méchants patrons (trente secondes de vidéo en noir et blanc extraites de leur contexte sur Fdesouche, avec Bouygues en pseudo-chef des patrons de France), évacue commodément l'analyse la plus vraisemblable, au regard de tous les documents historiques dont on dispose : ce sont les gouvernements qui "les" ont fait venir.

D'ailleurs, les gens qui gardent les frontières, et autorisent ou interdisent l'entrée, sont employés par les gouvernements. Pas par le Medef ou la finance internationale.

Deres • il y a 5 années

L'immigration n'est pas un problème. C'est comment on la gère qui en est un. Une immigration qui vient pour travailler et s'intégrer ne pose pas de problème. Si c'est pour vivre comme chez eux et profiter de notre système sans contreparties, cela va poser problème ... Le vrai problème est le système français qui accueille sans discrimination et fournit des avantages importants sans contrepartie en particulier sans travail.

D'ailleurs, une grande partie des clandestins, des hommes jeunes pleins d'énergie et de volonté de s'en sortir ne font que passer car la France n'est pas le bon pays pour se distinguer par sa volonté de réussite et son travail. Par contre, les maris polygames maliens vont rarement jusqu'en Angleterre pour faire la plonge ... On a l'immigration que l'on mérite.

Popeye • il y a 5 années

Ce qui démontre l'immense perversité du regroupement familial, mis en place en 1974 et jamais corrigé depuis.

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Non, ce n'est pas vrai. L'immigration est un problème en soi.

Si, demain, la France était envahie par vingt millions de Chinois qui viendraient pour "travailler" et "s'intégrer", vous vous sentiriez dépossédé de votre pays, et avec raison.

Les hommes ne sont pas des pions abstraits qui baignent dans un liquide économique. Les hommes sont les hommes, l'homme est un animal social, l'homme vit en groupe, et un homme n'est pas équivalent à un autre.

Robert Marchenoir • il y a 5 années

D'autre part, il faut arrêter avec le mythe du clandestin travailleur et courageux et bla bla bla qui ne s'arrête pas en France parce qu'elle est trop socialiste.

Les clandestins ne s'arrêtent pas en France (enfin, pour ceux qui veulent passer en Angleterre...) parce que l'Angleterre est plus socialiste que la France ; parce qu'ils croient, à tort ou à raison, qu'une fois la Manche traversée, on leur donnera une maison et de l'argent. C'est ce qu'ils disent quand on les interroge.

Il y a aussi une autre raison : les immigrés du Pakistan, d'Afghanistan, etc, savent qu'il existe en Angleterre une communauté de leurs frères de race beaucoup plus importante qu'en France, et ils en attendent secours et assistance.

Ce qui prouve bien qu'ils ne viennent pas pour s'intégrer, mais pour désintégrer leur pays d'accueil.

D'autre part, les clandestins sont, par définition, des délinquants. Comment peut-on considérer comme un étranger digne de s'installer quelqu'un dont le premier geste, en arrivant dans le pays, est de violer ses lois ?

Les clandestins sont nombreux à voler, frauder, agresser, violer, tuer. Leurs trafiquants leur ont appris la leçon : quand les journalistes vous interrogent, dites bien que vous voulez un travail. Et il y a des gens pour croire sur parole ce que disent des étrangers délinquants...

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Intéressante réaction sur American Renaissance : les partis de gauche occidentaux vivent de la pauvreté. Hélas, des pauvres, il y en avait de moins en moins. Ils en ont donc importé.

guest > Nathanwartooth

I think several countries have done this. All the left-wing parties (labor parties, the Democratic party in the US) have suffered as their constituents became more prosperous. Those left-wing parties are quite hopeless in the face of large number of happy workers. They need poverty, and so as we started facing a poverty shortage in the western world (except US blacks), these parties figured out they needed to import more poverty if they couldn't find it in their districts.

Smart! Now we have a whole horde of Somalis in Minnesota who will never get jobs except perhaps the most menial things, and who will vote Democratic forever. The UK and Europe have similar situations.

http://www.amren.com/news/2...

Catoneo • il y a 5 années

On disait cela de l'Eglise jadis et le nouveau pape semble vouloir remettre les pauvres en culture.

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Très juste. Le pape François semble vouloir réveiller les zeurléplusombres du catholicisme de gauche, complice des néo-marxistes.

estienne • il y a 5 années

C'est ce que Terra Nova a ouvertement préconisé au PS : s'appuyer sur l'immigration, plus pauvre et plus sûre que la traditionnelle classe ouvrière devenue petite-bourgeoise et moins dépendante. En France cela leur a réussi, jusqu'à maintenant.

Robert Marchenoir • il y a 5 années

En revanche, Marine le Pen est toujours aussi conne : il faut arrêter l'austérité, il faut arrêter l'ultra-libéralisme, le système de retraites actuel ne pose aucun problème à condition d'arrêter l'immigration, la dette n'existerait pas si la Banque de France avait prêté gratuitement à l'Etat, il faut instaurer l'Etat-stratège, le marché entraîne l'effondrement de la protection sociale, il faut arrêter la dérégulation du travail...

http://www.dailymotion.com/...

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Là, ce n'est même plus la taxe du jour, c'est la taxe du siècle :

Sécu : rembourser les assurés en fonction de leurs revenus

http://www.lefigaro.fr/conj...

Sans surprise, les auteurs de cette brillante idée, qui se désignent comme économistes et chercheurs, sont surtout... fonctionnaires, vu qu'ils émargent au CNRS et à l'EHESS.

Autremet dit : plus vous gagneriez, plus vos cotisations seraient chères, et moins vous seriez remboursés.

On avait déjà l'impôt sur le revenu progressif, détourné de son but premier (assurer le fonctionnement de l'Etat), pour servir d'outil de guerre de classe, destiné à confisquer leur argent aux riches.

Certains s'étaient déjà avisés de transformer le prix de l'electricité et celui de l'eau en impôt. C'est maintenant le tour de l'assurance-maladie.

Rappelons que dans une assurance, vous payez en fonction de votre risque, et que vous êtes remboursé en fonction du coût de vos sinistres. Votre revenu n'intervient en rien là-dedans, pas plus que le prix de la baguette de pain ne change en fonction de votre salaire.

La Sécurité sociale française est déjà une énorme arnaque, en ce sens que les cotisations sont d'autant plus chères que les revenus sont élevés, sans que le taux de remboursement change en quoi que ce soit. Et maintenant, ce sont les remboursements que ces apparatchiks communistes voudraient réduire pour les "riches"...

La rage égalisatrice et taxatoire des socialistes ne connaît pas de limites. Ils ne seront pas satisfaits avant d'avoir totalement détruit l'emploi privé et réduit la France à la misère.

Inutile de dire qu'une pareille mesure jetterait encore plus de Français sur le chemin de l'exil. Les socialistes vont finir par se retrouver tout seuls avec leurs chers fonctionnaires et leurs chers immigrés. Ils pourront alors s'adonner autant qu'ils voudront aux joies du vivre-ensemble, sans être embêtés par les Français normaux qui doivent travailler pour vivre.

cm • il y a 5 années

Mais comme parmi les "riches" il se trouvera beaucoup de fonctionnaires, ça va mettre les socialistes en porte à faux avec leur électorat. C'est plus facile pour FH d'augmenter les cotisations, qu'en réalité seul le privé paye, que de dérembourser en fonction du revenu.

Robert Marchenoir • il y a 5 années

Très intéressante analyse du Daily Mail sur l'aveu des travaillistes concernant leur responsabilité dans l'immigration de masse, avec ce rappel historique :

Three months after the 1987 general election, Labour assembled in Brighton for its annual conference. How had the party managed to suffer a third debilitating defeat at the handbag of the hated Margaret Thatcher?

In his keynote address, Kinnock posed a rhetorical question: ‘What do you say to a docker who earns £400 a week, owns his own house, a new car, a microwave, as well as a small place near Marbella?

It was a reluctant acknowledgement that Labour’s clapped-out collectivist model had run out of road. It was also the moment that the rising generation of Labour politicians realised that they could never again rely on the votes on the white working class.

Standing at the back of the hall that day, listening intently, was one Peter Mandelson, a moustachioed former television producer brought in by Kinnock to modernise the party’s image.

Mandelson, together with the ruthlessly ambitious young men and women who would subsequently form the nucleus of New Labour in the mid-Nineties, concluded that if they could no longer take the support of the white working class for granted, they would have to import a new working class from overseas.

Yet they have always denied that the mass immigration unleashed after Tony Blair’s 1997 landslide was a deliberate policy driven by naked political self-interest.

Until now, that is.

http://www.dailymail.co.uk/...

Très probablement, les historiens arriveront à des conclusions similaires pour la France. Cela semble de plus en plus clair : contrairement à ce que prétend l'extrême-droite néo-marxiste, ce ne sont pas les patrons qui ont fait venir les immigrés en masse pour bénéficier de salariés bon marché.

Ce sont les politiciens de gauche, pour importer de nouveaux électeurs. Ce faisant, ils ont aussi procuré à certains patrons, qui y ont trouvé leur compte (pas tous), des salariés bon marché.

Mais les premiers responsables sont bien les gouvernants socialistes.

Et la séquence des événements, en Angleterre, est bien celle-là :

1. Margaret Thatcher améliore le sort des ouvriers grâce à des réformes libérales et de droite.

2. Le peuple abandonne les travaillistes qui n'ont plus rien à lui offrir.

3. Les travaillistes importent un nouveau peuple à leur bénéfice. La classe ouvrière que Thatcher avait libérée en lui permettant de s'enrichir, ils la brisent par l'assistanat et l'immigration.

4. Certaines entreprises en tirent profit.

On mesure l'ampleur du mensonge néo-marxiste sur l'immigration, mensonge qui met tout sur le dos des "patrons", du "capitalisme" et de "l'ultra-libéralisme".

LOU • il y a 5 années

Vive Marion !