Nous sommes incapables de charger Disqus. Si vous êtes un modérateur, veuillez s'il vous plaît consulter notre guide de résolution des problèmes.

Robert Marchenoir • il y a 4 années

La carriole de romanos brinquebalante qu'est la société française, malgré d'épaisses dorures tartinées à l'extérieur, est en train de perdre ses roues les unes après les autres en dévalant la route, sans freins et sans cocher.

Pascale • il y a 4 années

C'est le mur de la haine

Pascale • il y a 4 années

Le cerveau mangé par l'idéologie ET la haine.

NeverMore • il y a 4 années

Hors sujet mias pendant que j'y pense ...
Je me demande pourquoi les autorités écclésiatiques ne tirent pas les conséquences du mariage pour tous (la communuaté légale réduite aux 1%).
Il y a désormais et de toute évidence, une rupture profonde entre le mariage civil et le mariage religieux.
Une conséquence est qu’il n’y a plus aucune raison de subordonner le mariage religieux à un mariage civil préalable, puisqu’il s’agit bien d’actes désormais complètemeent déconnectés (a part le mot mariage qui a été cambriolé).
On sait que « les autorités » ferment déjà les yeux sur certains mariages religieux (pour une religion « différente » notamment, afin de ne pas stigmatiser – là on prend des gants).
Existe t’il des pays proches qui permettent le mariage religieux sans lien, ou mieux, en équivalent du mariage civil (je pense à la Pologne, peut-être) ? On pourrait alors organiser des voyages (de noces).

Criticus • il y a 4 années
Florence • il y a 4 années

Le pire, c'est qu'il y en a qui trouve ça normal ! Cela ne les dérange pas plus que ça.
Une chance sur trois pour la racaille de bien tomber.
Un risque sur trois pour nous autres. Prions pour ne jamais avoir à faire avec la justice, même en temps que victime.

normal !! • il y a 4 années

Non seulement je trouve ça normal, mais c'est parfaitement sain et réjouissant. Voir les cons en questions écumer de rage (hypocritement ou non), c'est trop bon.

Et puis, y'en a marre du politiquement correct bisounoursiste bien pensant qui veut nous museler ! Halte à la censure en France ! Non à la dictature du bien et à la moraline sirupeuse !

Criticus • il y a 4 années

Ce que vous dites est vrai pour les cadres de l'UMP, pas pour les parents de victimes pour lesquels ce mur est indéfendable.

normal!! • il y a 4 années

On peut très bien être parent de victime et être con,
être victime et être conne, et commenter sur ce blog et être intellectuellement limité : la preuve, votre commentaire.

Criticus • il y a 4 années

« Plouf », on t'a reconnu. Même réponse que la dernière fois :

C'est marrant, ces types qui jouent les guerriers sous des fils de commentaires et qui s'écrasent comme des merdes quand je les ai en face de moi. En général, notre intérêt réciproque est asymétrique : ils me vouent un culte (inversé, mais un culte néanmoins), tandis que je me fous complètement de leur vie... ou de leur mort.

J'en connaissais un comme ça à Paris, il avait un nom presque aussi ridicule que « plouf » : il s'appelait Jean Robin.

Criticus • il y a 4 années

Ils sont doublement cons : la plupart des gens qu'ils épinglent ne sont que nominalement de droite : Sarkozy, Woerth, Balladur, Morano, Baroin, Chatel, Alliot-Marie, Ferry, Besson, Jacob, Balkany, Hortefeux, Mougeotte... si ces gens sont de droite, alors la notion de « droite » n'a plus aucun sens.

Elle n'en a plus que pour la gauche, qui a besoin d'occulter son propre triomphe pour pourvoir continuer de faire semblant de combattre un ennemi qui n'existe plus depuis au moins 45 ans. Sans cet ennemi imaginaire, elle perd sa raison d'être. Ça va être de plus en plus dur d'être de gauche, paradoxalement. Il va falloir trouver de plus en plus de faux clivages (cf. mariage gay) qui, à long terme, vont faire exploser sa coalition de minorités.

fboizard • il y a 4 années

Hélas, la réalité ne compte pas.

theo2toulouse • il y a 4 années

On a eu la gauche caviar, maintenant on a la gauche caniveau.

Criticus • il y a 4 années

Tiens, le (bas de) Front national invoque lézeurléplussombres :

« “Cette liste, qui nous rappelle des heures sombres, est une honte et une atteinte au principe d'indépendance de la justice”, selon un communiqué du vice-président du FN Louis Aliot. »

http://www.leparisien.fr/fa...

dissident • il y a 4 années

comme il est indique, deux peres de famille de victimes assassinees ont ete incrimines, c est absolument infame, je pense que cette fois ci ils sont alles trop loin

fboizard • il y a 4 années

Mais non, mais non : cela fait des années que les gauchistes vont trop loin et cela ne les empêche pas de continuer.

Criticus • il y a 4 années

Je suis quand même (agréablement) surpris que Taubira saisisse le CSM. À cause des municipales dans un an ?

fboizard • il y a 4 années

Non, plutôt parce que les histoires de mariage pour n'importe qui ont épuisé le crédit du gouvernement et qu'il se sent vulnérable à la moindre polémique.

Criticus • il y a 4 années

L'affaire Cahuzac, surtout.

Deres • il y a 4 années

Il est fort possible que de nombreux membres du CSM fassent eux-même parti du SM ... De plus, connaissant le corporatisme des juges, il est inimaginable que le CSM préconise la moindre mesure forte.

Curmudgeon • il y a 4 années

Mme Françoise Martre, président du Syndicat de la magistrature, a d'abord réagi ainsi : "Ce sont des images prises à notre insu dans un lieu privé, notre local syndical, qui n'est pas accessible au public. Ce mur a été fait à une ancienne époque, sous l'ère Sarkozy, où les magistrats étaient attaqués de toutes parts". Le "de toutes parts" semble ainsi justifier que les têtes de Turc du Mur, "défouloir" pour "potaches" (Mme Martre) soient non seulement Sarkozy et des politiques de droite, mais aussi des journalistes, des essayistes, au moins deux confrères, des pères de victimes.

On n'est pas obligé d'avoir confiance dans la justice de son pays, mais on peut être fier de la virtuosité sophistique de certains juges. Si la morale professionnelle basique laisse un peu à désirer, le bagout est au top niveau.

Curmudgeon • il y a 4 années

Mme Martre est présidentE du SM, on l'a deviné.

Robert Marchenoir • il y a 4 années

Ce qui est absolument fascinant ici, c'est la réaction du Syndicat de la magistrature face aux propos du ministre de la Justice, qui révèle à quel point ces gens sont dogmatiques et coupés du pays.

Pour n'importe quel observateur un peu honnête, Taubira est la représentante d'une gauche radicale dont les opinions coïncident à 100 % avec celles du Syndicat de la magistrature. On peut ajouter qu'elle s'emploie activement à faire triompher ses thèses, sans compter qu'un nombre significatif de ses représentants travaillent dans son entourage.

On aurait donc pu penser que le Syndicat de la magistrature se montrerait reconnaissant d'avoir l'un des siens à la tête du ministère de la Justice, et que, à défaut de comprendre en quoi son "mur des cons" scandalise les Français, il comprenne au moins que Taubira a besoin, politiquement, de lâcher un peu de lest, ne serait-ce que pour les protéger, eux.

Penses-tu... même pas ! Ca leur arracherait la gueule de la boucler cinq minutes. Persuadés de leur éternel bon droit, de l'inébranlable justesse de leur cause et de leur drouadlôm garanti par la République de s'autoriser ce qu'ils reprochent aux autres, ils n'ont pas pu s'empêcher de grimper aux rideaux en hurlant comme un koala en chaleur, parce que Maman Taubira a légèrement froncé le sourcil en venant les border le soir dans leur lit.

Ces gens-là, comme la totalité de la caste qu'ils représentent, sont indécrottables, inaccessibles à toute opinion un tant soit peu extérieure à la leur.

Il faudra détruire, ou construire à côté. Et sans doute les deux.

fboizard • il y a 4 années

Oui, je serais ministre, je dissoudrais le SM et je n'hésiterais pas devant quelques révocations.

L'histoire nous apprend que les magistrats sont plutôt lâches, il n'y a donc pas à hésiter.

Louis XIV rendant un lit de justice le fouet à la main avait plus d'allure.

Robert Marchenoir • il y a 4 années

La photo de la présidente du Syndicat de la magistrature :

http://www.leparisien.fr/es...

Sans surprise, elle a la dégaine, la vulgarité et le sans-gêne de la féministe de modèle courant : dépoitraillée malgré son âge mûr, offrant aux regards une chair couperosée et flasque, affichant agressivement ses bras nus et son décolleté : hein ? quoi ? ça vous dérange ? c'est mon droit et je vous emmerde.

Vous avez dit : dignité de la fonction ? Tenue compatible avec le sérieux et la sévérité de la justice ? Riennafout'. Je me fais photographier pour la presse en petite robe de bonniche portugaise qui n'est plus de mon âge, et alors ? Ma vraie beauté gauchiste est à l'intérieur, il n'y a que les cons bourgeois avec un balai dans le cul que ça défrise.

Remarquez, elle n'a pas de lunettes carrées. On a déjà échappé à ça.

Curmudgeon • il y a 4 années

Le Syndicat de la Magistrature vient de réagir officiellement par une lettre adressée à Mme Taubira, et signée de la présidente du syndicat, Mme Martres :

http://www.rue89.com/2013/0...

J'y apprends notamment que (1) Ce n'est pas bien de diffuser, par une "soustraction d'image", une information qui aurait dû être soigneusement cachée dans le local syndical. En agissant ainsi, les journalistes sont très méchants. (2) Qu''une "certaine droite" est "prompte à instrumentaliser" (un bon point de gagné à chaque emploi de ce mot) le fait "à des fins bassement politiciennes". Moi qui croyais que "tout est politique", j'ai un peu le tournis ; je rappelle que le SM avait appelé à voter pour contre Sarkozy. (3) Qu'Atlantico est "proche de la droite la plus dure". Oui, la plus dure de toutes les dures, 4500 HB sur l'échelle de Brinell de dureté des droites. (4) Enfin, le bouquet final, que je détache dans un paragraphe à part, bien mérité.

Le point (4), le voici, exhibé dans une vitrine à part, il le mérite bien : l'obligation de réserve n'est pas "une obligation de neutralité". Alors là, merci du renseignement, maintenant on a bien compris.

Il y a les juges qui rendent des services au pouvoir en place, ceux qui rendent des services à des amis (par exemple ceux dont a parlé Eric de Montgolfier), et ceux qui font du militantisme ouvert. Vu l'ambiance, les autres, en proportion indéterminée, ont vraiment bien du mérite de continuer d'exercer leur fonction avec compétence, sagesse et honnêteté. On pense à eux très fort en ces moments difficiles.

deres • il y a 4 années

Donc, en fait il n'ont pas à être neutre. L'obligation de réserve c'est juste que leur action politique doit être discrète ... Dans ce cas, je crois que le mur des cons est une grosse entorse à leur obligation de réserve !

Curmudgeon • il y a 4 années

Le Mur des cons en passe de devenir un rival de l'Arc de triomphe :

http://www.dreuz.info/2013/...

Certains commentateurs bienveillants envers le SM oublient, ou feignent d'oublier, que le Mur des cons ne se contente pas de la trombine des Sarkozy et autres Hortefeux, ou de vilains comme Zemmour, logiquement exécrables pour les membres du Syndicat de la magistrature, mais y ajoute délicatement, par exemple, celle de M. Escarfil, père d'une fille violée et assassinée. Ce léger détail en dit long sur la capacité de jugement, la pondération, le respect de la fameuse "dignité humaine", dont font preuve ces juges

Quant à l'humour de joyeux potache, rappelons que Hortefeux y est appelé "L'homme de Vichy" (plus le logo du FN sur son front), qu'Alain Bauer est accompagné du commentaire "Alerte à la grippe porcine".

Ce que j'aime le mieux, ce sont les indignations devant la politisation de cette affaire censée être bénigne, et cela de la part de gens qui, par idéologie, n'ont cessé, depuis des dizaines d'années, de tout politiser, et ont proclamé fièrement la nécessité de le faire.

On est par exemple peu impressionné par l'argumentation rigolarde de ce journaliste de l'Express sur "cette affaire montée de toutes pièces" (ah bon, le Mur aurait été fabriqué par des manipulateurs ? mais non, ce n'est pas ça ; alors, qu'est-ce que c'est qu'une "affaire montée de toutes pièces" ?) :

http://www.lexpress.fr/actu...

Curmudgeon • il y a 4 années

C'est intéressant de voir comment le Mur des cons est approuvé, avec des arguments divers. Bon, on va suivre la logique d'un certain type d'arguments.

Les professeurs affichent en salle des professeurs, de façon permanente, un chouette montage avec la trogne de ceux de leurs élèves (ou étudiants, selon le cas) qu'ils trouvent "cons" ou antipathiques, ou impolis, en les agrémentant de commentaires sanglants. Si l'affaire vient à être connue et que des parents un peu coincés se mettent à bêler (nos gamins risquent de se tirer des mauvaises notes, et gnagnagna), on leur répond aussi sec : mais, ma bonne dame, c'est un "défouloir" de "potaches", et d'ailleurs ces petits merdeux nous ont assez cassé les pieds comme ça. Un peu d'humour, que diable !

Si le Ministre de l'Education nationale commence à bougonner vaguement dans le lointain, on l'envoie sur les roses. Oh, putain, ce con !

fboizard • il y a 4 années

La "common decency" chère à Orwell est en voie de disparition accélérée.

Que certains paraissent ne sincèrement pas comprendre ce qui leur est reproché montre la profondeur de notre décadence morale et intellectuelle.

Deres • il y a 4 années

Ils respecteront l'avis du CSM qui doit lui même être noyauté par ce syndicat et qui n'est pas du tout corporatiste ... Au mieux, ils auront droit à un avertissement oral.

Leurs attaques sur Taubira montre surtout le rapport de force existant. Elle a cédé à toutes leurs demandes politiques et à largement placé leurs membres à des postes clés ou dans son cabinet. Pourtant ils ne lui en témoignent aucune mansuétude quand elle ne leur obéit pas au doigt et à l’œil ...

C'est tout le dilemme de ce gouvernement de gauche. Même ses clients à qui il distribue de nombreuses prébendes ne sont pas satisfaits et l'attaque. Ces groupes de pression sont d'éternels insatisfaits ... Quand on leur donne quelque chose, ils estiment toujours que cela signifie qu'il aurait été possible d'obtenir plus en criant plus fort !

Criticus • il y a 4 années

Bienvenue en démocratie représentative, où celui qui obtient est celui qui exige, menace et extorque.

C'est aussi pour cette raison qu'on ne peut pas être sérieusement conservateur et démocrate : la démocratie ne peut que mener à cette situation. Ceux qui parlent de mettre des « garde-fou » (Nemo) ne comprennent pas que ces garde-fou sont des barrières de papiers face au ressentiment des masses et à l'exploitation de ce ressentiment par des démagogues. Tocqueville ou Ortega y Gasset l'avaient prédit bien sûr. De mon côté je recommande Lothrop Stoddard : Revolt Against Civilization: The Menace of the Under-Man (1920). C'est puissant.

Curmudgeon • il y a 4 années

L'affaire du Mur des cons est l'occasion de jeter un coup d'œil sur la mentalité des juges. Il ressort d'un rapport que les juges sont nettement plus hostiles aux entreprises que la moyenne des Français.

http://m.lesechos.fr/redire...

Robert Marchenoir • il y a 4 années

Les magistrats se méfient nettement plus des entreprises que les Français en général. « Leur activité professionnelle amène les juges à constater régulièrement toutes sortes d'abus qui finissent devant les tribunaux, ce qui leur donne sans aucun doute une perception de la fréquence de situations délictuelles plus élevée qu'elle ne l'est dans la réalité », note l'Institut Montaigne.

C'est sans doute aussi parce que l'activité professionnelle des juges les amène à constater toutes sortes de délits et de crimes que les juges sont plus hostiles aux délinquants et aux criminels que les Français en général.

C'est sans doute aussi parce que leur activité professionnelle les amène à constater que les Noirs, les Arabes et les musulmans commettent une part tout à fait disproportionnée des crimes et des délits que les juges sont plus hostiles aux Noirs, aux Arabes et aux musulmans que les Français en général.

Ah, tiens, non... Dans ce sens-là, ça ne marche pas. En fait, c'est l'inverse. Comme c'est curieux et comme c'est bizarre...

Curmudgeon • il y a 4 années

M. Jean-Pierre Michel, sénateur, ancien président du Syndicat de la magistrature, etc., bien connu pour sa conception du droit, a son opinion sur le Mur des cons. C'est de toute façon une affaire "montée de toutes pièces" par certains journalistes qui se signalent par leur "absence de déontologie".

http://blog.france3.fr/poli...«-mur-des-cons-»-«-moi-aussi-j’ai-le-mien-»/

Curmudgeon • il y a 4 années
Curmudgeon • il y a 4 années

Communiqué de presse du SM le 24 avril :

http://www.syndicat-magistr...

"Que nous apprend Atlantico au juste ? Que certains membres du Syndicat de la magistrature pratiquent entre eux la satire et l’humour potache ? Quel scoop !"

Eh oui, si vous votre fille s'est fait assassiner par un tueur, et que vous souhaitez en tirer des conclusions qui déplaisent au Syndicat de la magistrature, certains de ses membres sont parfaitement fondés à produire quelques bonnes petites galéjades sur vous. Vous savoir vous laisser aller un peu, aussi.

Curmudgeon • il y a 4 années

Le point de vue de Philippe Schmitt, père de victime de tueur :

http://www.courrier-picard....

Le point de vue (sarcastique ou désabusé) de Jean-Pierre Escarfail, père d'une victime de tueur :http://www.lefigaro.fr/actu...

Curmudgeon • il y a 4 années

Voilà pourquoi certains parlent de coup "monté de toutes pièces" :

http://www.ecrans.fr/Un-jou...

Quoi qu'il en soit des conditions dans lesquelles le Mur des cons a été filmé, les faits sont les faits, le Mur existant bel et bien.

Si c'est un journaliste "engagé à droite de manière assez affichée" qui est à l'origine de l'affaire, on comprend que l'affaire soit déclarée "montée de toute pièces". En effet, si "tout est politique", il faut savoir que le principe est bon quand il est appliqué par des gens de gauche, mais pas bon quand il est appliqué par des gens de droite. Quant à ceux qui récusent ce principe, ce sont de toute façon des gens de droite.

Robert Marchenoir • il y a 4 années

Selon Françoise Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, qui apparaît au début de la séquence filmée, « les éléments qui ont pu être décortiqués [au sein de la vidéo] amènent à penser qu’il s’agit d’une équipe d’une chaîne de télévision nationale ». Ce que nous ont confirmé deux représentants syndicaux de la rédaction nationale de France 3, agitée depuis plusieurs jours par cette affaire : des « faits convergents » pointent un journaliste de la chaîne, éditorialiste en charge de la justice.

A FR 3, les syndicats sont chargés de fliquer les journalistes, pour qu'ils ne dévient pas de la ligne Degauche. C'est la fameuse indépendance des journalistes.

Contacté par Libération, l’intéressé nie : « Il y a une rumeur stupide et malveillante qui circule sur mon compte, que j’ai démentie. C’est tout. Je suis totalement étranger à cette affaire. » « Il dit que ce n’est pas lui, témoigne un journaliste de la chaîne publique, mais il s’est décomposé quand on l’a confronté. » Et plusieurs éléments le confondent.

Les journalistes du sévice public s'organisent en police politique pour dénoncer leurs confrères qui ne pensent pas dans les clous, et les soumettent à des interrogatoires serrés. Je suppose qu'ils ont lieu dans le local syndical, en dessous du "mur des cons" de la rédaction. La déontologie des journalistes de FR 3, c'est de confondre leurs confrères pas assez à gauche.

Rapidement alertée par des syndicats, la direction de France 3 décide alors de retirer le sujet de l’antenne.

Les syndicats exercent une censure politique de gauche et la direction est à leur botte.

« Le JRI a l’impression d’avoir été complètement manipulé », raconte encore un confrère. Pour un autre, la manœuvre est claire : « C’est une manipulation politique », de la part d’un journaliste « engagé à droite de manière assez affichée. »

Quand on sort un sujet gênant pour la gauche, c'est de la manipulation politique. Quand on sort un sujet gênant pour la droite, c'est de l'information.

L’éditorialiste en question est déjà « déontologiquement problématique » au sein de la rédaction, décrit-on. Il est notamment controversé pour avoir « mené la campagne contre Charles Enderlin », correspondant de France 2 à Jérusalem, qu’il accuse d’avoir truqué les images d’un sujet sur la mort d’un enfant palestinien en 2000.

Déontologiquement problématique = pas de gauche.

Robert Marchenoir • il y a 4 années

Réflexion d'Alain Marsaud, ancien juge anti-terroriste : "La plupart des magistrats qui sortent de l'Ecole nationale de la magistrature aujourd'hui n'auraient pas été pris à la Poste dans les années 70".

http://www.lepoint.fr/polit...

Et on ne vous parle pas de l'état de la Poste, bien entendu.

Curmudgeon • il y a 4 années

Même Mireille Mathieu, comme nous l'apprend Mme Martres :

"On ne va pas rentrer dans les détails sur les personnalités qui se trouvent sur ce mur. Ce sont toutes les personnes qui correspondent à cette époque-là. Pour tout vous dire, même Mireille Mathieu est sur ce mur."

http://www.metrofrance.com/...

Robert Marchenoir • il y a 4 années

"On n'insulte pas les gens publiquement", réagit le Syndicat de la magistrature.

Donc ils les insultent en privé, et nous sommes priés de considérer que ce n'est pas grave.

Ce local est un lieu où l'on ne reçoit pas de journalistes. Il s'avère qu'au moment de l'affaire Gentil, il y en avait beaucoup et qu'ils ont été amenés à se trouver dans des endroits où ils ne doivent pas être.

Violà. Les journalistes n'ont pas à être dans les lieux non approuvés par les syndicats de gauche. C'est la gauche qui décide où les journalistes doivent aller. Comme ça, c'est plus clair.

Nous, on ne va pas voir ce qu'il y a dans les locaux de l'UMP et on ne va pas voir ce qu'il y a dans les rédactions des journaux.

Non, ce n'est pas la peine. Ils ont les syndicats de journalistes pour cela, qui convoquent, interrogent et "confrontent" les journalistes qui n'écrivent pas dans les trous.

Si cette histoire est susceptible de remettre en cause le syndicalisme dans la magistrature, c'est extrêmement navrant.

Tiens, mais voilà une excellente idée...

Pythéas • il y a 4 années

Finalement, les dockers ne sont pas si durs que ça ; les magistrats aussi savent menacés les journalistes.

Curmudgeon • il y a 4 années

Le taux de syndicalisation des 8000 magistrats serait, à ce que je crois savoir, aux environs d'un tiers. On en aurait 10 % au Syndicat de la magistrature, et 25 % à l'Union syndicale des magistrats, et je ne sais combien à FO. Mais, suivant un schéma classique, les syndicats dominants recueillent massivement les voix dans les élections professionnelles : le SM remporte un tiers des voix et l'USM les deux tiers.

http://istravail.com/articl...

Robert Marchenoir • il y a 4 années

La direction de France 3 a décidé d’ouvrir une enquête interne à propos de la vidéo montrant le »Mur des cons » dans les locaux du syndicat de la magistrature. En effet, selon Libération, c’est un journaliste de France 3 qui aurait tourné la vidéo montrant le mur qui affiche le visage d’un certain nombre de personnalités, et qui a déclenché cette semaine une violente polémique. Cette vidéo a été mise en ligne sur le site Atlantico mercredi dernier.

Dans une rédaction normale, quand un syndicat de juges affiche, au sein même du ministère de la Justice, un "mur de cons" composé d'hommes politiques, on ouvre une une enquête sur le syndicat.

Dans une rédaction du "service public", on ouvre une enquête sur le journaliste qui a révélé l'information.

http://www.fdesouche.com/36...

Robert Marchenoir • il y a 4 années

Le Syndicat de la magistrature se défend en prétendant que le "mur des cons" se trouve dans un local privé. Outre que c'est faux -- il est assez culotté de prétendre que le ministère de la Justice, où ce trouve ce local, est un lieu privé (à moins que la Chancellerie n'ait été privatisée par les gauchistes ?...) -- ce n'est évidemment pas la question.

Le mur des cons se trouverait-il dans les chiottes de la maison de campagne de la présidente du syndicat, que le scandale serait le même.

Le problème n'est pas que des personnes extérieures puissent voir ce mur ou pas. Le problème est ce qu'il révèle de la mentalité des juges qui sont chargés de punir les criminels -- ou plutôt, en l'occurrence, de leur trouver des excuses, de les laisser en liberté et d'accabler leurs victimes.

Le problème est qu'il révèle le scandaleux parti-pris d'un nombre important de juges, et leur refus absolu de rendre des comptes, d'être soumis à la critique de la nation, représentée par les hommes politiques, les journalistes et les leaders d'opinion. On s'en doutait, mais là ils sont pris la main dans le sac.

yvesdemars • il y a 4 années

le fait que la CGT ait défendu ces cons structeurs est un indice supplémentaire