Nous sommes incapables de charger Disqus. Si vous êtes un modérateur, veuillez s'il vous plaît consulter notre guide de résolution des problèmes.

Curmudgeon • il y a 3 années

Il est normal qu'un homme d'Eglise (et, au demeurant tout chrétien) s'efforce d'être un "faiseur de paix" (eirenopoios, Mt 5,9), la paix, notons-le, étant l'effet d'une activité.

D'ailleurs, au jugé, en jetant un coup d'œil à plus de 4000 ans de chroniques, on a bien l'impression que la grosse majorité des guerres ont été déclenchées injustement. Ça n'implique nullement (1) que toutes les guerres soient injustes ; (2) qu'on doive adhérer au pacifisme intégral et laisser massacrer ou asservir non seulement soi-même, mais sa famille et ses voisins.

Mais le pape actuel, de peur de paraître encourager le recours désinvolte à la force, louable prudence chez un pontife, semble manquer d'une pensée à la fois nuancée et ferme ; ces deux propriétés ne sont pas nécessairement incompatibles, comme le montrent les réflexions anciennes sur la guerre juste (si difficiles soient-elles à conduire avec le double souci de la justesse morale et de l'efficacité pratique).

On observe cette carence dans ses propos de 2014 ici rapportés :
http://la-croix.com/Religio...

Selon lui, la guerre n'est jamais nécessaire ni inévitable. Toutefois, il admet aussi classiquement, ce qui est incompatible avec l'affirmation précédente, la légitimité de se défendre (voir en fin d'article). Il y met toutefois des conditions qui peuvent se révéler un peu irréalistes, qu'il ne développe pas (mais on ne peut pas trop lui reprocher ceci dans un discours général et rapide).

Je me demande si un Argentin comme lui saisit aussi facilement qu'un Européen que l'agression des puissances de l'Axe rendait la guerre bel et bien "inévitable", "nécessaire", et juste dans son fondement (pas nécessairement dans tous les détails de son déroulement, on a le droit de discuter sur Dresde, Hiroshima et Nagasaki, etc., en s'efforçant de se placer dans les perspectives de l'époque).

Au passage, emporté par son radicalisme, le pape fait dire à Benoît XV que *toute* guerre est un massacre inutile. En fait il est facile de vérifier que, dans sa lettre du 1er août 1917, son prédécesseur n'a pas dit cela, n'a pas affirmé que c'est le cas de toute guerre sans exception, mais que ça devenait de plus en plus clairement le cas de la guerre commencée en 1914. Voici le passage exact en français : "Nous sommes animé d’une douce espérance, celle de les [les bases d'une paix à construire] voir acceptées et de voir ainsi se terminer au plus tôt la lutte terrible, qui apparaît de plus en plus comme un massacre inutile. Tout le monde reconnaît, d’autre part, que, d’un côté comme de l’autre, l’honneur des armes est sauf. "

Benoît XV, par habileté diplomatique mais aussi probablement parce qu'il était capable de penser en ces termes, n'hésite même pas à invoquer "l'honneur des armes", sauf selon lui. Évidemment, c'était il y a presque cent ans.

https://w2.vatican.va/conte...

Curmudgeon • il y a 3 années

En fait l'idée à la mode semble être que nous devons aimer l'ennemi non pas comme nous-mêmes (ce qui suppose un légitime amour-propre), mais considérablement plus que nous-mêmes. Nous qui sommes si haïssables que la seule issue pour obtenir le pardon, c'est de participer activement et joyeusement à notre soumission et même à notre élimination. Ça va au-delà du syndrome de Stockholm, puisque, avant même d'être pris en otages, nous plantons en quelque sorte des petits drapeaux blancs tout partout.

fboizard • il y a 3 années

C'est exactement cela et c'est encore plus navrant de la part de chrétiens, alors que le corpus théologique sur ces questions est abondant, voire débordant.

Curmudgeon • il y a 3 années

Une organisation britannique d'extrême-gauche, Stop The War Coalition avait mis ceci dit son site, puis l'a retiré devant les protestations (c'est dommage, il faut assumer ce qu'on pense) :

"The jihadist movement that ultimately spawned Daesh [Islamic State] is far closer to the spirit of internationalism and solidarity that drove the International Brigades than Cameron’s bombing campaign – except that the international jihad takes the form of solidarity with oppressed Muslims, rather than the working class or the socialist revolution.”

Dans le passé, ces pacifistes spéciaux (encore fixés sur la Guerre d'Espagne, quelque peu mythifiée dans l'idéologie de gauche anglaise) avaient appelé à la guerre contre Israël.

Curmudgeon • il y a 3 années

Ils ont également dit que les Français avaient récolté le 13 novembre ce qu'ils avaient semé.